Qui êtes-vous ?

Ma photo
reine d'un royaume intime. mère d'une princesse Leia. un entre-deux où je navigue. la nécessité absolue de poser des valises. Plaisir d'écrire, toucher des mots, jeu de cache-cache avec l'infini des images possibles.

lundi 26 septembre 2011

Quelques neutrinos véloces et voilà que de ci delà la tentation de mettre Einstein au rebut pointe le bout de son nez. Que la grande majorité des exclus de la pensée conceptuelle physicienne se rassure, l'évènement est de taille mais, osons le dire, relatif. Nos souvenirs lycéens par trop floutés maintiennent un niveau de discrimination des particules élémentaires très faible, essentiellement centré sur l'atome, électron proton neutron, sans s'aventurer dans le très infiniment petit. Parce qu'il s'agit bien du tout petit rien, le neutrino se rapproche du rien du tout. Ils sont partout, innombrables, insaisissables,  petits fantômes venus du fin fond de l'espace, cow boy solitaires traversant la matière en ligne droite. Imperturbables! Comment ne pas leur préférer les quarks? Ah les quarks, une autre histoire, tout petits bien sûr mais toujours en bande, très sensibles aux interactions, avec des saveurs aux noms évocateurs: étrangeté, charme, beauté, vérité, en haut, en bas... Il existe des anti-quarks, histoire de sublimer la confrontation. Ils éblouissent la minuscule neutralité, et revendiquent l'esprit joueur du créateur qui inspira leur baptême, James Joyce. 'Three quarks for Mr Mark' Finnegans wake.

Se laisser distraire par l'insignifiance imperceptible d'un tout petit rien. Méditer?

Aucun commentaire: