Qui êtes-vous ?

Ma photo
reine d'un royaume intime. mère d'une princesse Leia. un entre-deux où je navigue. la nécessité absolue de poser des valises. Plaisir d'écrire, toucher des mots, jeu de cache-cache avec l'infini des images possibles.

vendredi 21 janvier 2011

Nations Unies, le 19 novembre 1988. Le point 31 de l'ordre du jour de la cinquante-troisième session des Nations Unies concerne la résolution suivante: 2001-2010, décennie internationale de la promotion d'une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde. Voilà, c'est terminé depuis le 31 décembre 2011. Nous pouvons continuer d'être submergé par le flot chaotique d'informations délivrées par le grand corps social malade. Tel ces jeux de dominos où de savants architectes ludiques provoquent la chute synchronisée de milliers en n'en agaçant qu'un seul. Nous pouvons continuer l'enlisement contagieux par un désengagement spirituel, la brutalité sidérante des faits divers, l'insupportable politique obscure nourrie de profits et d'intérêts mutilés, les incohérences climatiques barbares. Il est des jours où je me sens appartenir à une collection d'entomologiste, tête thorax abdomen exposés, ailes figées, une épingle vrillant mon centre. Peut-elle transpercer la larve de violence tentée par la colonisation de mes pulsions agressives fondamentales?

Les mères veillent, doutent, débattent et se débattent.

lundi 10 janvier 2011

L'indien et la méditerranée. Mon berceau millénaire s'illumine d'une invitation au voyage dans ces terres lointaines, mystérieuses, inconnues, terrain d'aventures des chasseurs d'épices. Les fées nomades ont tissé des routes, des sentiers, des pistes dans la chaleur d'un vent de désert, au-delà de sommets enneigés, sous le vol joueur d'oiseaux merveilleux, dans un souffle marin. Filleule de comptoirs et de quais envahis par les étoffes de couleurs vives qui inondent les férias provençales. Palmes, gouttes d'eau végétales, richesse rythmique d'un rêve luxuriant stylisé, contours exubérants et parfumés jusqu'à l'ivresse optique. Métissage des racines, graines, fruits, écorces, bourgeons, pistils dans le triangle préventif du bien-être oriental qui hume, palpe et nourrit. Et tard dans la nuit, le chant brisé des exilés de la mer du milieu porté par l'attaque rythmique d'un aïeul kathak dans la pénombre arabo-andalouse. Comme une écorce de cannelle, je m'enroule dans le châle de mes sensations, l'île en velours d'émeraude dodeline, caressant souvenirs, réminiscences, filiations.


Sur la route de la soie, des épices et pierres précieuses, j'aperçois un boutre fragile dont les cales débordent de tolérance et de sourires.