Qui êtes-vous ?

Ma photo
reine d'un royaume intime. mère d'une princesse Leia. un entre-deux où je navigue. la nécessité absolue de poser des valises. Plaisir d'écrire, toucher des mots, jeu de cache-cache avec l'infini des images possibles.

mardi 24 août 2010

Le mamba noir se replie, sa proie suffoque lentement dans l'attente d'une létalité inéluctable. Morsure de l'échec, amertume du dégrisement dans le lieu intime de la naissance d'un projet. L'altérité, chien de gibier à l'arrêt, maintient la mise à distance dans une distorsion de la réalité. Chute de tension désirante, l'érection belliqueuse laisse place à l'inaction assignée. Assaillie d'une armée d'écueils, l'expérience de création se confond dans la pénibilité de son accouchement. Dans l'apparente dissolution des flux de pensées et d'émotions, une force centrifuge émergera, affranchissant une lutte précise, positive, sans équivoque.

Échec et mat. Chef d'œuvre absolu de la virtuosité humaine. Plaisir de jouer, tourment de perdre. Rejouer.

lundi 16 août 2010

Qu'un sang impur abreuve nos sillons. Symbolique guerrière, certes, référence féminine néanmoins. Loin de moi l'idée d'alimenter les préjugés populaires d'origine religieuse qui ont cimenté une dualité du rouge - pouvoir sacré masculin d'un côté, impur féminin de l'autre - je chantonne ce refrain, perdue dans un linéaire anonyme rayon hygiène. Le blanc reste une base sécuritaire et sanitaire, indispensable à tous les cotons, tampons, serviettes, lingettes destinés à absorber une large gamme allant du rosé au brun en passant par le jaunâtre. Art du maquillage, la blancheur se drape d'emballages qui rappellent plutôt ceux des cartouches d'encres, rayon écoulements informatiques. La chair s'estompe devant l'idée de fraîcheur tonique, faisant passer une boîte de tampons pour un paquet de chewing-gum mâché par une bande de copains lâchés dans la nature. Bleu lagon, Rose fushia, jaune citron, menthe à l'eau. Le loup marketing est à l'affût de jeunes consommatrices, affichant des couleurs de confiseries voire de sextoys. Pimpantes sucettes à l'anis. Déboutée la trilogie classique du rouge, blanc, noir? Non, les chaperons rouges continuent d'apporter un pot de beurre blanc à un loup noir. Les codes changent, les symboles durent.

Fard noir sur les paupières, blancheur du teint, rouge grenade des lèvres. Trilogie efficace pour un canon de la beauté. Tiens-donc, encore une symbolique guerrière pour une féminité exprimée.

mardi 10 août 2010

Sur la route des nuages. L'ampleur changeante de la mer aérienne, vapeurs célestes mobiles jouant avec la lumière. J'ai l'immense chance de connaître et aimer des aventuriers. L'avion, sublime création humaine, incorpore rêve et action, il est une réalité matérielle d'un mythe onirique. Saturée d'un kaléidoscope d'images, ma mémoire a oublié l'auteur de ces mots: on ne vole pas parce qu'on a des ailes, on se croit des ailes parce qu'on a volé. Eau, air, sable, glace, lave. L'expérience mobile des mers résonne. Ne pas s'inféoder, s'émerveiller, continuer de naviguer: calculer sa route, connaître sa position, communiquer, gérer l'imprévu.

à 7500 pieds, la sociologie se morcelle.

dimanche 8 août 2010

Témoin soumis à la vacuité de l'afflux massif de vacanciers, j'ai toute l'oisive liberté pour élaborer une sociologie du pied. Mer, soleil, familles, amis. L'homogénéité du costume d'été n'est que trompeuse. L'arpion, agent de services très secrets, renseigne mieux qu'une Britannique Moneypenny. L'observation fine de l'apparente décontraction de la base, qui dévoile en ces cités solaires une large variété d'anatomies pédestres, permet de révéler le détail. Formule élitiste de la distinction où se faire reconnaître uniquement par ses semblables s'appuie sur une subtile broutille en se singularisant de l'épaisse particularité. Habitus éternel créant de la connivence sociale. Le peton talqué au chaud dans son mocassin bleu marine, la tong subissant la masse d'une astragale affaissée, l'étonnante chaussette de sport flirtant avec une sandale sortie d'un institut de rééducation. Spécificité de la patte, cohésion des membres, localisation spatiale, oui, le pied nous renseigne sur le grégarisme de nombreux mammifères.

Un deuxième orteil plus long et l'entour s'empresse de qualifier ce pied de grec. Personne ne voit donc les petites ailes qui insufflent un impétueux désir de mouvement?

mercredi 4 août 2010

Le regard libre, l'immensité des bleus, la mer au portant. La métaphore de la vague et de l'océan submerge naturellement. Saisi par le sublime, l'expérience de ce que Romain Rolland appelait le sentiment océanique laisse émerger notre appartenance à l'universel. Bonheur contemplatif, centrés sur nos éprouvés, l'acuité de la conscience de l'évènement vécu déclare l'apesanteur de notre finitude. Notre occidentalité urbaine stabilote le dualisme infantile qui oppose le moi au reste du monde. Et, parfois, l'extraordinaire joie d'un lever de lune au grand large nous replonge dans l'éblouissement d'une pensée grecque. La méditation de quart du marin amateur par une calme nuit étoilée profile une philosophie d'atelier mécanique sur notre organe de pensée: nettoyage, vidange, entretien des 100 000. C'est ça aussi la voile.

La voie lactée. Tout corps plongé dans la méditerranée reçoit de la part de celle-ci une poussée mythologique égale à l'épaisseur de ses racines. Dans le sillage nocturne, enjôlement des Néréides. Juchées sur leurs dauphins, trident vainqueur, branche de corail. La voile Actée.